Accueil » Actualité » Actualité » Vie Chère : « Nette montée du niveau général des prix à la consommation »

Vie Chère : « Nette montée du niveau général des prix à la consommation »

Vie Chère au Burkina -Nette montée du niveau général des prix à la consommation
L’Institut National des Statistiques et de la Démographie (INSD) a livré son dernier rapport sur l’Indice Harmonié des prix à la Consommation (IHPC) du mois d’avril 2017. Il ressort une hausse des prix à la consommation due à la poursuite de la montée des prix des produits des fonctions « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » et « Restaurants et Hôtels » . Il apparait aussi que l’ampleur de la variation est toutefois plus importante pour les produits locaux que pour les produits importés.

Le rapport révèle que le niveau général des prix à la consommation se situe à 108,2 marquant ainsi une hausse mensuelle de 1,4%. Comparé à son niveau d’avril 2016, l’indice est en baisse de 0,2%. En avril 2016, l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation (IHPC) était en hausse en variation mensuelle et en glissement annuel de même ampleur : 1,7%.

Le même rapport indique aussi que l’augmentation du niveau général des prix en avril 2017 par rapport au mois précédent est essentiellement due à la poursuite de la montée des prix des produits des fonctions « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » et « Restaurants et Hôtels » malgré le retour à la baisse constaté pour les prix des produits de la fonction «Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles ». (Voir graphiques 5, 6 et 7 à la page 5). Le renchérissement des produits de la fonction « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » en avril 2017 par rapport au mois précédent est principalement dû à la remontée des prix des céréales non transformées, des viandes fraiches de bœuf, de mouton et de chèvre, à la montée continue des prix des légumes et des fruits indique le rapport.

Le rapport note toutefois une baisse du prix des produits tels que les pains, les Pâtisseries, gâteaux, biscuits et viennoiseries, de la viande fraiche de porc et de la volaille. Telle qu’observée le mois précédent, la hausse des prix des repas pris hors du ménage dans les Restaurants, cafés et établissements similaires est la cause de la hausse des prix de la fonction Restaurants, cafés et établissements similaires est la cause de la hausse des prix de la fonction

« Restaurants et Hôtels ». En avril 2017 une augmentation du prix du Porc au four par rapport à son niveau de mars 2017 a aussi été constatée.

Le rapport précise qu’en avril 2017 la baisse continue des prix des combustibles solides (charbon de bois et bois de chauffe arbre de brousse) est toujours la cause du recul du niveau des prix de la fonction « Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles ».

Il ressort cependant que les autres fonctions de consommation sont restées quasi stables dans l’évolution de leur prix. Quel que soit l’origine des produits, en avril 2017, le niveau des prix des produits est en hausse. L’ampleur de la variation est toutefois plus importante pour les produits locaux que pour les produits importés. Selon la volatilité des prix des produits, seuls les produits de type énergie (charbon de bois et bois de chauffe) sont en baisse en avril par rapport à mars 201. Les produits frais et les produits autres que les produits frais et énergie enregistrent une augmentation du niveau de leur prix.

Selon le secteur de production, le niveau des prix du secteur primaire revient à la hausse tandis que les prix des produits provenant du secondaire et du tertiaire sont restés quasi stables. En termes de durabilité des produits, tout comme constaté le mois précédent, les prix des produits non durables poursuivent leur hausse en avril 2017. Les prix des produits des autres niveaux de durabilité sont restés quasi stables.

L’indicateur de convergence de l’UEMOA en avril 2017 (moyenne des indices des 12 derniers mois comparée à celle des 12 derniers mois précédents) est de -0,34%. En avril 2016 cet indicateur était à 1,0%.

Pour rappel, l’IHPC est un instrument de suivi de l’évolution des prix qui a été mis en place dans les pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA). Il a pour population de référence l’ensemble des ménages de l’agglomération d’Ouagadougou. Le panier de la ménagère comprend 722 variétés suivies dans 919 points d’observation. La période de base de l’IHPC est l’année 2008 et les pondérations de l’indice proviennent d’une enquête sur les dépenses des ménages réalisée en 2008. En attendant ces données scientifiques pour le mois de mai-juin coïncident avec le mois de jeûne musulman, un tour au marché et le constat est vite fait : envolée des prix.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ecodafrik.com

A propos de dezmonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *