Accueil » Actualité » Finance » AGOA : une opportunité d’exportation vers le marché Américain

AGOA : une opportunité d’exportation vers le marché Américain

AGOA une opportunité d’exportation vers le marché Américain
En collaboration avec le projet Trade hub de l’AGOA, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a organisé un atelier de formation, le jeudi 26 janvier 2017 à Ouagadougou, sur les opportunités d’exportations vers les Etats-Unis.

Le Burkina Faso reste éligible à l’AGOA jusqu’en 2025. A travers le renouvellement de ce partenariat de libre-échange, les Etats-Unis ont réaffirmé leur soutien au développement du marché extérieur du Burkina Faso. C’était, le jeudi 26 janvier 2017 à Ouagadougou, à l’occasion d’un atelier de formation sur l’AGOA et les opportunités d’exportation vers les Etats-Unis, initié au profit des exportateurs, des directions techniques des ministères et de l’association professionnelle des transitaires.

L’atelier, conjointement organisé par la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) et le projet, Trade hub de l’AGOA, s’est voulu un cadre d’échange et de partage entre les entrepreneurs et des experts sur les questions d’échanges commerciaux. Plusieurs communications ont été faites sur les thématiques de la documentation à l’export, les exigences sanitaires, l’emballage des produits et l’étiquetage. Cet atelier est une occasion pour les participants d’améliorer leur connaissance sur l’AGOA et d’appréhender ses opportunités. C’est pourquoi, le représentant du ministre en charge du Commerce, Charles Eugène Nabolé, conscient des enjeux économiques dans le cadre de l’AGOA, les a invités à des échanges fructueux afin qu’à l’issue de l’atelier, ils exploitent convenablement les possibilités d’accès au marché américain qu’offre l’AGOA. Pour lui, cette offre unilatérale d’accès préférentiel au marché des Etats-Unis d’ Amérique est une aubaine pour le Burkina Faso au regard du caractère prestigieux de ce marché « tant convoité ».

Selon M. Nabolé, la décision de prolongation de l’éligibilité du Burkina Faso à l’AGOA n’est pas anodine. Car, a-t-il soutenu, le Burkina Faso est l’un des « partenaires privilégiés » des Etats- Unis sur le plan économique. « Cette opportunité que renouvelle l’AGOA revêt un intérêt particulier pour notre pays en ce sens que le Burkina Faso a un potentiel exportable », a-t-il indiqué. « Opportunité à saisir par les hommes d’affaires » A la faveur du partenariat de l’AGOA, les exportations de l’Afrique vers le continent américain ont presque doublé, à en croire l’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, Andrew Young. « Malheureusement, le Burkina n’a pas suffisamment profité de ce partenariat. Sa participation n’est pas à la hauteur de nos attentes », a-t-il laissé entendre. Cet avis est aussi partagé par le représentant du président de la CCI-BF, Franck Tapsoba. « Malgré les efforts déployés aussi bien par les pouvoirs publics que par les institutions d’appui au commerce, le constat est que notre pays n’a pas su utiliser l’AGOA pour augmenter ses flux d’exportations vers les Etats -Unis », a-t-il confié. A l’écouter, les recettes générées par les exportations vers les Etats-Unis en 2016 sont estimées à 3, 6 millions de dollars US dont une infime partie sous le régime d’accès préférentiel de l’AGOA. Mais, rien n’est encore perdu, a insisté M. Tapsoba. « La prolongation jusqu’en 2025 de l’éligibilité du Burkina Faso à l’AGOA nous offre une ultime chance de rattraper notre retard à travers des actions vigoureuses et cohérentes de promotion de nos exportations vers le vaste marché américain », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur Young a indiqué que l’atelier est un cadre opportun de dialogue « assez profond » avec les entrepreneurs burkinabè. Il les a invités à mieux exploiter cette opportunité que leur offre l’AGOA. Par ailleurs, le président de la CCI-BF, a exprimé sa gratitude à l’ambassade des Etats-Unis pour sa « constante » disponibilité à accompagner le développement du secteur privé burkinabè. Il s’est, en retour, engagé à redoubler d’efforts aux côtés de toutes les parties prenantes pour une meilleure information des exportations burkinabè, sur les avantages offerts dans le cadre de l’AGOA. Le représentant du ministre en charge du commerce, Charles Eugène Nabolé a, lui aussi, réaffirmé son engagement à mener des réflexions pour la définition de la stratégie et des moyens à déployer pour accroître le taux des exportations du Burkina Faso vers les Etats-Unis dans le cadre.

Joanny SOW
Source : Sidwaya.bf avec la DIC/CCI-BF

NDRL : Le titre est de la DIC/CCI-BF

A propos de dezmonde

A lire aussi

Bientôt une nouvelle banque au Burkina Faso ?

Le paysage burkinabè bancaire risque de s’agrandir d’ici peu avec l’arrivée probable d’une nouvelle banque. ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *